Sevrage Tabagique

iprp


L’ENTREPRISE,
« MOTEUR » DU SEVRAGE TABAGIQUE

En vous attaquant officiellement à la question du tabac dans votre entreprise, vous adressez aux employés et à leur entourage un message clair sur l’importance que vous accordez à leur santé et à leur bien-être.

Que dit la Réglementation ?

Parce que le tabac est la première cause évitable  de mortalité en France, la lutte contre le tabagisme est une priorité. Actuellement de nouvelles réglementations viennent s’ajouter aux précédentes : protéger les jeunes et éviter l’entrée dans le tabac, aider les fumeurs à s’arrêter, agir sur l’économie du tabac. http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/PNRT2014-2019.pdf. Malgré l’interdiction de fumer dans les lieux publics instaurée en 2008, de plus en plus de fumeurs auraient repris leurs droits dans les bars et les restaurants.

Et les entreprises, ou en sont-elles aujourd’hui ? En radicalisant l’interdiction de fumer, la législation a placé les entreprises en première ligne. Retour sur un sujet sensible…

 


 

L’application de la loi Évin sur les lieux de travail. 


L’interdiction de fumer en cinq points clés : 

1. Périmètre de l’interdiction : tous les lieux à usage collectif, clos et couverts.

2. Local fumeur soumis à des conditions drastiques.

3. Signalétique désormais obligatoire, sous peine d’amende.

4. Contrôles renforcés, ils ont été confiés aux agents de l’inspection du travail.

5. Sanctions pour l’employeur, amende forfaitaire de 135 euros pour absence de signalétique ou local fumeur non conforme et des poursuites pénales possibles. Le salarié rétif à l’interdiction risque quant à lui une amende de 68 euros.

La Cour de Cassation, dans une décision rendue le 29 juin 2005, a affirmé pour la première fois l’obligation des employeurs d’assurer à leurs employés un air non pollué par la fumée du tabac. Par conséquent, au vu de cette jurisprudence, demander de ne pas fumer et mettre un affichage sont des mesures nécessaires, mais insuffisantes car l’employeur est tenu non seulement à une obligation de moyens, mais aussi à une obligation de résultats.


 

En plus de ces applications règlementaires, nous notons de nombreux incidents pour l’entreprise :

 

• un coût sanitaire et social élevé,
• l’accentuation des problèmes sociaux (coût du tabagisme) pour les plus petits revenus,
• des problèmes d’efficacité au travail (pause, concentration, attention…),
• des problèmes d’organisation du travail, une source de conflits entre les acteurs de I ’entreprise (fumeurs / non-fumeurs),
• l’addition d’un stress supplémentaire, des troubles de l’humeur…,
• des problèmes de sécurité (conduite, incendie…),
• des problèmes de santé pouvant remettre en cause la gestion des compétences à long terme,
• l’accentuation des risques lors de l’exposition a produits cancérogènes, etc.

 

Dernièrement, des chercheurs de l’Université de l’Ohio ont répondu à la question de savoir combien coûte un fumeur à son employeur. En tête des coûts pour les entreprises arrivent les pauses cigarette, qui représentent un manque à gagner moyen de 2 350 euros par employé fumeur et par an, de plus les inégalités des temps de travail entre les fumeurs et les non-fumeurs induisent des tensions sociales au sein des entreprises.

Les protocoles d’accompagnement

Fort heureusement, dépression, stress, surpoids, tabagisme… les entreprises s’impliquent de plus en plus dans la santé de leurs salariés. Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à proposer différents programmes d’aide à l’arrêt du tabac.

Nous vous accompagnons à différents niveaux :

 

1/ L’état des lieux

Il s’agit d’établir un « état des lieux » du tabagisme dans l’entreprise, en dégageant les points forts et les points faibles afin de mener la meilleure action possible :

 

– analyse de la situation en vigueur

– consultation de l’ensemble du personnel

– élaboration d’un plan d’actions

2/ Des réunions d’informations Prévenir et gérer les addictions au sein de l’entreprise, cette réunion de 1h30 a pour but de sensibiliser l’ensemble des salariés désireux de connaitre le sujet des mécanismes de dépendance impliqués dans les addictions et notamment le tabac, le cannabis et l’alcool.

3/ Programme d’aide à l’arrêt du tabac Une méthodologie basée sur le programme du réseau Nicodem, élaboré par des professionnels : psychologues et médecins tabacologues.Il se déroule en 4 phases pour des groupes de 7 à 12 personnes :

– Un bilan initial individuel et confidentiel sous la forme de quatre questionnaires

– Une première séance de groupe de 3 h 30 :

La phase thérapeutique. Cette phase pédagogique traite de I’ensembledes dépendances subies par le fumeur ainsi que du syndrome de sevrage. Les participants cessent de fumer à la fin de cette première séance.

– Une deuxième séance d’une heure 14 jours après la première :

La phase de renforcement. Elle est consacrée au bilan des deux semaines passées (état des symptômes, difficultés rencontrées et moyen de les surmonter, bénéfices constatés…).

– Une troisième séance d’une heure 14 jours après la deuxième la phase de suivi final. Cette séance fait le point sur la dernière période et est plus particulièrement consacrée aux conseils et indications concrètes pour éviter les rechutes à moyen et long terme.

*Pour les personnes physiquement dépendantes à la nicotine, nous préconisons les recours aux substituts nicotiniques*Entre chaque séance, les participants disposent du N° de téléphone de I ’intervenant qu’ils peuvent solliciter autant que de besoin
*Les participants n’ont pas à s’exprimer sur leur vie personnelle.

4/ Et si je ne veux pas arrêter de fumer !
Nous accompagnons les fumeurs qui ne souhaitent pas arrêter de fumer sur l’impact du manque de nicotine pour lutter contre le stress.

Intervenante : Cécile Navarro : Psychologue Clinicienne depuis 15 ans, formatrice spécialisée dans les risques psychosociaux et titulaire d’un DIU de Tabacologie. Responsable Aquitaine du Réseau Nicodem durant 4 ans, active dans l’application et l’amélioration du programme Nicodem « travailler sans tabac ».

Pourquoi travailler avec nous ? 

Nos protocoles sont standardisés et font l’objet d’un engagement qualité.Le taux de réussite à un mois (plus de 70 %) et à un an (55 %) le plus élevé des protocoles évalués*. Les évaluations sont systématiques et contrôlables à un mois et ont été réalisées à un an par les CPAM du Morbihan et du Finistère Sud et par Préviade-Mutouest.* statistiques exhaustives réalisées sur les 2 074 dernières personnes prises en charge par notre réseau et contrôlables par toute mission d’audit. Un coût individuel faible et une garantie sur la prestation : la facture pour ceux qui ne réussissent pas à cesser de fumer à 1 mois est réduite de 50 %


Quelques références

AIRBUS (Toulouse, Saint-Nazaire, Nantes) / ALBANY INTERNATIONAL / ARCELOR / ASTRIUM / BOSCH Nombreuses Cliniques / CPAM / CREDIT COOPERATIF / EADS / FONDATION ABBE PIERRE / L OREAL / MALONGO / METRO (France entière) / MSA / MUTUELLE MYRIADE / MUTOUEST / ORANGINA / PSA / TEXAS INSTRUMENTS / URCAM / YVES ROCHER…


Nos autres champs d’interventions

Notre remède anti-stress

– Études et audits du climat social sur site

– Action de conseil pour gérer le stress indissociable de certains postes (comment accompagner ?) : formation sur la prévention et la gestion du stress; formation sur la gestion des conflits

– au stress généré par des problèmes de management : formation sur le management intuitif

– ou d’organisation : groupe d’échange et de développement des talents

– la parentalité en entreprise : meilleure conciliation entre vie professionnelle et vie familiale

Toutes nos formations sont basées sur des modèles théoriques très fiables complétées par des groupes d’échanges et de développement des talents construits sur la méthodologie du co-développement.